On continue le roadtrip sur l’île du sud de la Nouvelle Zélande :

Après le nord de l’île du sud, nous continuons notre route en longeant la côte est. Après quelques heures de van en direction de Oamaru, nous faisons une halte à Elephant Rocks. Il s’agit d’un champ peuplé de moutons et parsemé de roches (qui n’ont pas du tout la forme d’éléphants) calcaires sculptées par la nature.

Elephant Rocks

Le site est une propriété privée dont l’accès est laissé libre par son propriétaire (sous réserve de ne pas emmerder ses moutons).

Moutons idiots

Les moutons idiots

Après nous être promenés et avoir pris quelques photos, nous reprenons la route d’Oamaru que nous atteindrons en début de soirée. Les trajets sont longs en Nouvelle Zélande, particulièrement sur l’île du sud où nous nous arrêtons souvent pour accéder à un site naturel.

Arrivés à Oamaru, nous garons le van dans un camping et partons faire quelques courses. La ville n’a rien de spécial. Certaines rues donnent l’impression d’une ville au passé riche, tombée en désuétude : beaucoup de bâtiments semblent (ou sont) abandonnés. Nous visitons tout de même cette ville le lendemain, avant de repartir vers le sud et plus particulièrement pour Dunedin : deuxième plus grande ville de l’île du sud.

Dunedin et les manchots à yeux jaunes :

Sur la route de Dunedin, nous faisons une nouvelle pause à Moeraki Boulders, une plage avec des rochers présentant la particularité d’être parfaitement sphériques. Cette forme étonnante est rendue possible par une érosion de plusieurs dizaines de millions d’années.

Moeraki Boulders

L’île du sud à beaucoup à offrir et chaque plage, colline, ou forêt (ou du moins ce qu’il en reste) est un prétexte pour faire une pause, le temps nécessaire pour relier deux points sur l’île du sud en est donc considérablement augmenté.

Arrivés à Dunedin, nous décidons de ne pas nous arrêter en ville afin de rejoindre directement la plage de Sandfly bay : un nom qui sent l’embrouille à plein nez. Les Sandflies ou mouches de sable sont le fléau de la Nouvelle Zélande : ces sales bêtes piquent l’homme pour son sang, lui laissant en cadeau boutons et démangeaisons. Nous nous rendrons compte plus tard qu’elles ont une préférence pour Maeva, ce qui est une super nouvelle. J’avoue avoir parfois usé du même stratagème que pour les moustiques d’Asie : je m’enduit de produit répulsif, sans le dire à Maeva qui sera donc forcément la proie de ces insectes (ça fonctionne très bien).

Sandfly Bay

La route qui mène à la baie des mouches de sable surplombe la ville de Dunedin et nous en donne un bon aperçu.

Dunedin

Arrivés à la plage, nous garons le van et empruntons le chemin qui coupe un pâturage peuplé de moutons (pour changer) avant de descendre à pic jusqu’aux dunes. Nous rencontrons ici un premier animal : il est gros et il fait la sieste, nous surnommerons donc ce lion de mer : Maeva. Nous décidons de marcher jusqu’au bout de la plage, car c’est là que nous aurons le plus de chance d’apercevoir un manchot. La chance nous sourit enfin, nous apercevons un manchot, nous pouvons même le voir de très prêt car il est mort 🙁 . Nous continuons notre route et voyons un lion de mer sortir de l’eau et prendre le chemin des dunes. Il lui faudra une trentaine de minutes pour traverser la plage (qui doit faire une trentaine de mètres).

Lion de mer Sandfly Bay

Le rythme n’est pas très soutenu : 10 mètres de « marche » 10 minutes de repos et ainsi de suite. presque arrivés, nous voyons enfin un manchot sortir de la mer, de très loin cette fois, nous le voyons tomber à plusieurs reprises à cause des vagues. Nous le surnommons donc William, le manchot s’en sort mieux : pas d’escaliers sur la plage, pas d’arcade pétée, pas d’arcade pétée, pas d’hôpital. Pas d’hôpital, pas d’hôpital…

On continue vers le sud :

Après une nuit passée vers Dunedin, nous reprenons la route en direction du sud. Nous décidons de faire un stop à Curio Bay, autre lieu où l’on peut apercevoir les fameux manchots à yeux jaunes. Malheureusement, et malgré quelques heures passées à se les cailler au bord de l’océan, nous ne verrons pas un seul manchot. Nous continuons donc notre route vers le sud. Notre but final est Slope Point : le point le plus austral de Nouvelle Zélande. Nous passons par le phare de Nugget Point avant d’atteindre notre but.

Phare Kaka Point

Pour atteindre Slope Point, il faut de nouveau traverser un pâturage (comme très souvent ici) pour enfin arriver devant un panneau indiquant la distance à l’équateur et au pôle sud.

Milford Sound et la région des Fjords : 

Prochaine étape : Milford Sound qui est le fjord le plus visité de l’île du sud. La météo étant très capricieuse dans cette partie de la Nouvelle Zélande, nous faisons étape à Te Anau : ville la plus proche de Milford Sound et où les campings sont beaucoup moins chers. Te Anau présente également l’intérêt d’être proche du départ de la Kepler Track : sentier de randonnée que nous décidons de parcourir en partie.

Fuyez, pauvres fous !

Il n’existe pas d’aires de camping gratuites proche du fjord… Nous passons donc deux jours à Te Anau avant de finalement emprunter la route de Milford Sound. Malheureusement, le beau temps ne sera pas de la partie.

Route Milford Sound

La route reste tout de même magnifique, même si nous n’apercevons pas les sommets alentours. Arrivés à destination, nous passons la nuit dans le seul camping disponible avant d’embarquer pour une croisière sur le fjord.

Camping Milford Sound

Le tour en bateau nous permet de contempler cette merveille de la nature, qui reste impressionnante malgré la météo.

Milford Sound

Il nous faut ensuite refaire la route jusqu’à Te Anau (il n’existe qu’une route pour accéder à Milford Sound) afin de nous rendre à Queestown et Wanaka.

« 1 de 5 »

 


1 commentaire

AnneSo · 28 mai 2018 à 3:11

Et bien Pierre tu es en forme : c’est la fête de Maeva et de William ?
Remarque de Martin concernant le surnom du lion de mer : « Et bien il pourrait
l’appeler Pierre !!!!!! »
J’étais pliée de rire en lisant cet article et accessoirement les photos sont magnifiques, sauf le petit engin vert et violet qui fait un peu tâche dans le paysage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.